En duo avec le jeu des royaumes renaissants
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Duel à L épée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
jehanne66

avatar

Féminin
Nombre de messages : 37
Age : 49
ville/duché : Artois
niveau/metier : niveau 2 - Forgeronne et Maître au fort de Calais.
Humeur : Déplorable parfois, massacrante souvent ! ^^
Date d'inscription : 17/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Lun 8 Aoû - 3:00

[Jehanne vs Maltea]

Après son premier duel, Jehanne était partie en quête d’une fontaine, non pas de jouvence, mais de mirabelle et n’avait trouvé qu’une bouteille de ce précieux nectar. Elle se contenta donc d’en écluser une bonne moitié tout en observant Rufus duelliser de façon un peu étrange, et ce fut comme dans un rêve qu’elle retourna duelliser à son tour contre la Dame de fer du nom de Maltea.
La soldate grommela quelques mots pour se présenter, incapable d’articuler correctement.
Etait-ce la mirabelle qui lui fit rater sa cible dès le départ alors que la boite de conserve en question venait de la toucher au bras…
Ben oui quelle question ! C’est d’la faute à la mirabelle ça !!!
Heureusement pour Jehanne, la Dame semblait fatiguer un peu à cause de son armure sans doute. Du coup, elle en profita pour lui filer un bon coup d’épée dans les guiboles, ça faisait toujours de l’effet ce genre d’attaque.
Mais la Dame de fer n’en resta pas là et toucha à nouveau Jehanne, à l’autre bras cette fois, alors que la buveuse de mirabelle, un peu trop imbibée fendit l’air d’une façon magistrale.
A égalité, les deux femmes se firent face à nouveau, mais Jehanne tituba bien plus que la normale ce qui lui évita d’être amochée et par un heureux hasard son épée vint se coincer dans la carlingue de la Dame…
En plein dans l’bidon qu’elle l’avait touché !!! Une aubaine !!!!!
La soldate s’excusa tout en mettant sa main au dessus de l’épée et tira dessus de toutes ses forces pour la décoincer.
Elle remercia Maltea dignement, et s’en retourna en sautillant jusqu’au reste de sa bouteille pour la sécher.


[Lou vs Jehanne]

Jehanne eut à peine le temps de vider sa bouteille que Lou vociférait déjà après elle…

Ouais ouais, j’suis là !!!
Pas la peine de réveiller le quartier hein !

J’t’en foutrais moi des crabes d’eau douce et des rameuses de falaise nanméo !
Tu vas voir de quel bois j’me sauve… de quel voix j’me saute… de quel… oh et puis zut…


Jehanne se mit en garde, puis en colère aussi quand elle vit Lou bailler aux corneilles !
Pas possible que cette énergumène n’est pas plus la pétoche de la terreur de Calais !!!
Mais alors que Jehanne se précipitait sur lui l’affreux se mit à marcher en crabe… et Jehanne qui avait déjà eut bien du mal à filer droit sur lui, ne réussit pas à rattraper le coup.
Et voilà qu’il en remettait une couche !!!


Comment ça j’fatigue !!!
C’est pas moi qui baille nan mais !


Et Jehanne furieuse continua à se battre avec toute l’énergie du désespoir, espérant lui faire ravaler sa verve à cet affreux Lieutenant… j’ai dit ça verve, hein ! Pas autre chose…quoique si elle pouvait…
Mais subitement elle sentit un mauvais vent tourner. Elle se précipita sur lui prête à le toucher quand elle perdit l’équilibre légèrement… la mirabelle encore… ou un pied ?!?!
Enfin pas le temps de vraiment se poser la question, qu’elle se retrouva à terre, complètement sonnée…
Que c’était-il donc passé ???
Jehanne se releva tant bien que mal avec l’aide de Lou et cette brute épaisse lui fila le coup de grâce en plein dans l’buffet… l’affreux !
Les dernières paroles de Lou ne furent pour Jehanne qu’une sorte de brouhaha artistique, et la soldate fit quelques pas pour s’éloigner avant de retomber dans les vapes, s’étalant de tous son long sur le sol.




Revenir en haut Aller en bas
Ombeline

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 92
ville/duché : Artois
Date d'inscription : 16/09/2009

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Lun 8 Aoû - 18:48

Pour notre hôtesse, il vaut mieux qu'elle soit en charmante compagnie car seule, elle est capable de faire sauter le domaine comme à Amiens. Mais sois rassurée, elle ne reste jamais seule très longtemps. Elle aime les rapprochements.
Remonter avec un passager supplémentaire? Je ne pense pas qu'elle soit si bête pour tomber enceinte. Si tel avait été le cas, elle pourrait faire une compétition de soule avec toute sa progéniture.

Sinon, je vais aller repasser la tenue de combat. Jeh est tellement maladroite qu'elle serait capable de me blesser.


Les prunelles de la jeune femme se posèrent sur le visage de Lou, sous un sourire mutin, elle lui adressa ses quelques mots.

Ohhhhhhh, mais je vais venir t'aider. Hors de question de te laisser en mauvaise posture lors de ton emboitement.

Bras dessus, dessous, le duo repartit en direction de la dicte pièce sus nommée vestiaire pour l'occasion. Ils revinrent bien guillerets, et discutant de tout et de rien, mais surtout de leurs futurs projets de voyage. Lou alla prendre place sur le terrain et interpelait déjà Jehanne. Ombeline chercha du regard la miss en question, qui finit par arriver après le duel Majoie/Léonin. Elle semblait bien prête à en découdre, lorsque des gentillesses furent claironnées par son adversaire pour ce round. Nathanael accompagné de la petite rejoignit sa mère, derrière la barrière de protection. Ils purent ensemble admirer avec joie et amusement le duel sous leur yeux. Et quel duel ! Ombeline compatit sur le coup ... Pauvre Jehanne ... Lou était en forme, que trop ou alors Jehanne, patraque. Où avait-elle dépenser toute son énergie auparavant, ha hum. L'effet mirabelle peut-être ? Allez savoir... Alors qu'elle se ruait pour féliciter son champion ... Elle stoppa son élan. Une ride soucieuse se dessina sur son minois, quand elle vit sa matelote préférée tomber dans les pommes. Cefut donc tout naturellement vers elle, qu'elle fonça et s'agenouilla, prenant sa tête délicatement et l'appela.

Jehanne ? Jehanne ????
Vous m'entendez ???


Elle montra devant elle, sa main présentant deux doigts.

Combien ai-je de doigts ?
Jehanne ? Êtes-vous avec nous ?


Ombeline s'adressa à la foule papillonnant autour d'elles.

Y-a-t-il un médicastre ici ?
Un médicastre ! Il nous faut un médicastre !
Revenir en haut Aller en bas
leportel62

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 96
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Lun 8 Aoû - 19:06

Lou était satisfait de la correction mise à la cannibale. Il en souriait encore lorsqu'il vit son ange s'approcher de lui puis changer de direction pour se porter près de sa victime.

Il se rapprocha également.


Rho, j'espère qu'elle n'a rien; ça m'ennuierait de perdre mon souffre douleur préféré après le pingouin.

Il secoua un peu l'armure.

Y'a quelqu'un là dedans?

Alors que son ange appelait les secours, Lou quitta les lieux à la recherche d'une source d'eau qu'il trouvât rapidement. Il revient rapidement avec un baquet d'eau bien fraîche.

Chaud devant, chaud devant.

La visière de l'heaume étant ouverte, Lou commença à déverser son seau sur le visage de l'inanimée.

Vous allez voir quand elle va s'apercevoir que ce n'est pas de l'alcool, elle va se mettre à hurler.
Enfin, si un médicastre pouvez passer quand même, ce serait sympa.
Revenir en haut Aller en bas
jehanne66

avatar

Féminin
Nombre de messages : 37
Age : 49
ville/duché : Artois
niveau/metier : niveau 2 - Forgeronne et Maître au fort de Calais.
Humeur : Déplorable parfois, massacrante souvent ! ^^
Date d'inscription : 17/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Lun 8 Aoû - 19:46

Jehanne reprit légèrement conscience quand elle sentit sa tête de redresser...
Nan !!! pas la tête pitié... pourquoi diable se mettait elle à bouger sans y être invitée !

Un essaim de frelons avait dû y faire son nid et qui plus est, ces stupides bestioles tentaient de se frayer une sortie au sommet de son crâne...
Pourquoi diable ces maudits frelons ne sortaient pas par ses oreilles plutôt que de tambouriner bêtement par à-coups violents !
Au milieu de ce tintamarre assourdissant, la soldate crut entendre quelques paroles, mais leurs sens étaient plus que douteux... il lui semblait qu'on parlait d'ânes, de nez, de doigts, de genoux et même de castration... ce qui lui fit ouvrir les yeux.
Mais Jehanne eut cette désagréable impression que ses noeinoeils se croisaient et le trouble de sa vision se mêla à son trouble auditif ce qui lui donna une fulgurante envie de rendre...
Un relent de mirabelle fit prendre subitement conscience à la pauvre soldate que ce breuvage aussi exquis soit il, était bien plus violent que son bon vieux calva de derrière les fagots... et les seules paroles qu'elle réussit à articuler plus ou moins furent,
Demain j'arrête...

A peine eut elle lancé ces quelques mots, qu'un tremblement de terre la secoua de tout son être !
Décidément, Aristote lui en voulait de s'être enivrée !!!
Une phrase encore lui parvint malgré qu'elle sombrait à nouveau dans le noir le plus total...


Y'a quelqu'un là dedans?

Ah ben non... là y'avait plus personne...
Jusqu'au moment où un raz de marée vint noyer la Capitaine de navire qui but la tasse et qui se mit à faire la brasse pour remonter à la surface, filant des coups à tous ce qui se trouvaient à ses côtés !!!


*Youglouglou* !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Rufus

avatar

Nombre de messages : 31
Age : 66
ville/duché : Artois
niveau/metier : Intendant, coursier, indispensable en somme au domaine d'Ytres
Humeur : joviale devant une belle plante
Date d'inscription : 17/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Lun 8 Aoû - 20:40

Au paradisssssssss, l'était au paradis. Ses noeilnoeils couvaient, nan dévoraient toutes parcelles de couenne de la rainette. L'était belle, l'était alléchante, l'était appétissante. L'avait envie d'être ce verre que les délicates lèvres de cette gazelle suçaient. Il en salivait,il en bavouillait. Le pantalon souffrait de ses émois au pépère. Il n'avait qu'une envie là, lui virer tout cette ferraille sur la couenne et youpla tagada tsointsoin !

Sa moustache frétilla quand ses noeilnoiels virent la langue de Majoie léchouiller la mousse qui couvrait sa lèvre supérieure et pis ce petit clin d'œil ... Oulalala, l'avait le ticket, l'avait le ticket !!! Bouffée de chaleur du pépère, gonflage des voiles et dressage du mat. Il s'enfila une chopine de cervoise fraîche. Oh d'un pétard, fallait rafraichir la bête là !!! Pas sur d' sur qu'il tienne le choc là.

Il sortit le grand jeu durant leur instant de tête à tête, oeillades, sourire glamour avec les chicots en avant, pelottage et cratouillage de son torse, qu'il bombait bombait tout en faisant ressortit les trois,quatre poils se battant en duel sur son buste. Il lécha ses lèvres molles, et joua du gosier quelques mimiques, qu'il songeait sensuel et ardente pour la faire se pâmer. La divine l'ignorait, la rainette elle l'émoustillait au plus haut point.

Soudain, ses lèvres à ELLE se rapprochaient. Vindioussssssssssss, elle passait à l'attaque là, sur cette table devant tous !!! Zety ben bion que za, l'était au taquet, taquet, taquet ... Ses noeilnoiels brillèrent de paillardise sans se dissimuler. Il rentra la caboche en son cou pour l'ouïr mais mais mais voilà t'y pas qu'on appelle sa sulfureuse !!! Il fusilla d'un regard noir fortement courroucé la zone d'où provenait cet empêcheur de tourner en rond, le maudissant et lui promettant mille tortures !!!

Elle devait être tout aussi déçue,voir même frustrée de reporter ce futur moment de fol passion ... Elle embrassa le bout de ses doigts qui se couvrirent également de mousse et frôla ses lèvres au pépère... Chiabrenaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ... Moustache toute frétillante ... Explosion de son émoi ...


À moins de ne pas retrouver tout mes morceaux en état après ce duel je reviendrais terminer ma consommation si vous le voulez bien.... pour le moment je crois qu'on m'appelle ailleurs

J'vous attendraissssssssssssssssssssss ma mie... N'dîtes pas d'vilaines chozeeees ... J'zerai là pour viousssssssssss ... Faîtes zattentionnnnnnnn.
Oh ma mieeeeeeeeeeee, j'zerai votre plus fervant zupporteurrrrrrrrr,que dis-je l'plus ardent !!!


Il ne la rejoint pas de suite, fallait le temps d'apaiser la bête. Puis, il alla encourager avec une ferveur sa nouvelle passionaria. Ilbeugla avec force et cri, derrière la balustrade.

Faites lui zen boufferrrrrrrrrrrr !!!
Ahhhhhhhhhhhhhhh, zoliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Fauty continuer comme za !!!


Il bondit de peur en voyant qu'elle perdait son arme mais retrouva son sourire quand elle frappa la bidoche du gars.

Magnéfiqueeeeeeeeeeuu !!!
Fauty louis fiaire jarter les tripessssssssssssssssss.
Zety tout bon là, za va y aller comme du beuure que za, moua j' vous l' dis, ma douzeeeeeeeeeeeeee.


Les noeilnoeils valdinguaient en tout sens, suivant les gestes de la belle. L'était à fond dans l'action le pépère. Pour montrer qu'il l'encourageait totalement,corps et âme, il moulinait du bras, bataillant avec un adversaire imaginaire.

Zallezzzzzzzzzzzzz,j'zuizze derrière viousssssssssssssssss !!!
Fauty louis fiaire l'coup d'lapin !!!


Des gouttes de sueur ruisselait de toute part du pépère. Et c'est que c'était éreintant d'encourager comme ça la belle. Et pis forcément, elle fut victorieuse. Il ne pouvait en être autrement. Il sautilla sur place afin de lui signifier sa présence,au cas où elle ne l'avait pas entendu l'encourager.

J'zuizzzeeeeeeeeeeeeeeeee LAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Une fois qu'il eut finit par se faire entendre, il se fit une joie de commenter le duel suivant à sa sauce. Il ne fut pas avare de critiques envers le Major et sa chance à la noix ! Il bouillonnait le pépère de voir son meilleur ennemi faire bouffer la poussière à sa sauvageonne cannibale, bien qu'elle n'avait pas encore été sienne,c'était quand même un peu la sienne. Enfin y'avait eu rapprochement tactile quoi, un instant d'intense émotion qu'il se rappela vivement mais là, l'était avec une autre tout aussi intéressante et ELLE bien plus hypnotisée par son charisme. Bref, il descendit à tirelarigot en gentillesse le Major tout en mettant en avant les estocades de Majoie qui avaient été selon lui bien au dessus du lot ! Il tenta l'approche poulpage, petite paluche dans le dos. Tout à coup, la voix criarde de sa patronne retentit.

Zety z'pazze quoi zencore ?
Pas moyen d'être pénard zavec des patrons pareils, j'vous l' dis moua.
Zety plou zune vie que za !!!
Revenir en haut Aller en bas
Majoie

avatar

Nombre de messages : 40
Age : 54
Date d'inscription : 09/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Mar 9 Aoû - 6:49

Étant maintenant attentive au combat qui confrontait son futur adversaire elle n'avait pu empêcher un grand moment de distraction lorsqu'elle entendit pépère..son pépère l'encourager tant et si bien qu'elle se gourra dans les blessures et prit celles affligées pour siennes sauf pour ce qui est de sa "botte" secrète qui avait eu gain de cause du vaillant combattant qui l'avait affronter durement...

Le combat avait eu raison de la donzelle qu'on appelait "crabe des mers" elle était par terre cherchant l'air...quelques mouvements dans la foule et un seau rempli apparu au-dessus de son visage(elle espérait que ce soit bel et bien de l'eau) qu'on lui déversa allégrement sur la tête...

La pauvre se débattit autant qu'elle le pu crachant et hoquetant...en pleine mer il aurait couler à pic ce crabe....soit alors elle avait un sérieux problème avec l'eau...mais elle ne la connaissait pas assez pour en dire autant...

Quel dommage quand même! ...elle aurait donc le bonheur de croiser le fer avec la paire de fesses qu'elle avait pu détailler à fond lors de la course en sac.

Un coriace cui-la lui semblait-elle de plus il avait la dague rapide se souvenant comment il avait vite su lui dénuder la poitrine devant tous et pas qu'elle de plus il est agile des deux mains l'escogriffe!

Les deux donzelles qui coursaient un moment côte à côte s'étaient retrouvées avec une fraîche brise qui habituellement ne se rendait pas à cet endroit....la sueur qui coulait entre ses deux rondeurs l'avait d'ailleurs fait frissonner...Elle n'avait qu'une hâte celle de s'y frotter...

Le sourire au lèvres ayant déjà l'esprit au nouveau combat elle sentit une main se poser sur son omoplate et descendre doucement vers le creux de ses reins....elle aurait reconnu cette odeur n'importe où...c'était son pépère qui venait la féliciter.

Alors qu'elle se retournait pour se pendre à son cou afin de le remercier adéquatement ce dernier se tourna vers une voix qu'il connaissait et visiblement mécontent fustigea...

Citation :
Zety z'pazze quoi zencore ?
Pas moyen d'être pénard zavec des patrons pareils, j'vous l' dis moua.
Zety plou zune vie que za !!!

Décidément rien n'était en faveur d'un rapprochement d'aucune sorte avec pépère...elle soupira en le regardant
Revenir en haut Aller en bas
marjolainne

avatar

Nombre de messages : 824
Age : 47
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Mar 9 Aoû - 14:12

et voici le moment tant attendu ,le dernier combat qui nous donnera le vainqueur du duel de notre fête dès la fin du combat nous iront feter cela dans la salle de reception et en meme temps nous ouvrirons nos cadeaux.

Citation :
messire Leportel & Dame Majoie

leportel : 666+014=6/7/1
6 – Coup paré
7 - Adversaire touché aux jambes = 2 points.
1 - Coup dans le vent.

Majoie : 135 + 014= 1/4/9

1 - Coup dans le vent.
4 - Adversaire touché au bras = 1 point.
9 - Adversaire touché à la tête = 3 points.

Leportel =2 points
Majoie = 4 points
Gagnant = Dame Majoie
Revenir en haut Aller en bas
leportel62

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 96
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Jeu 11 Aoû - 11:26

Bon, Dame Majoie, vous vous refaites une beauté ou vous comptez terminer ce mini tournoi?
Comptez vous nous dévoiler une autre partie de ce corps?
Allez, en garde et qu'on en finisse.


Lou lui laissa l'initiative et cela commença doucement. Elle tenta bien une attaque qu'il parât facilement et son épée fendit le vent.

Bien mou que tout cela, Dame Majoie. J'ose espérer que vos attaques ne soient pas comme vos atours.

Il éclata de rire.

Bon, passons aux choses sérieuses, maintenant.

Comme à son habitude, afin de passer sa botte, il porta une multitude de coups au niveau de sa tête. Elle reculait tout en parant. Il se décida à balayer sa jambe d'appui ce qui fut fait immédiatement.
Par il ne sait quel miracle, elle fut déséquilibrée mais ne tomba pas comme il l'aurait souhaitait. Très agile et souple, elle réussit à éviter que son arme ne fracasse sa tête. Celle-ci continua sa course et toucha finalement ses jambes. Néanmoins, grâce à un rapide réflexe, elle parvint à le toucher aux bras.


Bien joué, quelle souplesse. Vous devez être redoutable dans les corps à corps?

Son avantage était minime mais suffisant pour être déclaré gagnant. Il lui suffisait de gérer le combat jusqu'à la fin quand une voix très connue lui parvint aux oreilles :

Hep l'major,
Zéty qu'la Vicomtezze, ze zente mal là, de pour zûr?
Elle nous fait z'un malaiseuhhhhhhhh.
Le bon Ruru z'est là, vous z'inquiètez pas, je suizze là et ze va m'en z'occuper.


Sans trop réfléchir, il tourna la tête, juste le temps d'apercevoir Omby qui se portait à merveille et de recevoir un énorme coup sur la tête. Il se retrouva le séant à même le sol.
Il secoua la tête afin de reprendre ses esprits. Il entendit que Dame Majoie fut déclarée gagnante.
De rage, Lou se releva d'un coup et retira son heaume.


Je reviens de suite vous féliciter, juste une petite chose à régler avant.

Il se dirigea vers l'hidalgo de mes deux.

RUFUSSSSSSSSSSSSSSSSS...


Revenir en haut Aller en bas
Rufus

avatar

Nombre de messages : 31
Age : 66
ville/duché : Artois
niveau/metier : Intendant, coursier, indispensable en somme au domaine d'Ytres
Humeur : joviale devant une belle plante
Date d'inscription : 17/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Jeu 11 Aoû - 13:16

L'Intendant fila ventre à terre vers la patronne, pestant contre cette tortionnaire du turbin. Il arriva pile poil au moment aquatique ... L'Major tentait de noyer la Jehanne. L'était finaud le guignol, songea le pépère. Il se débarrassait ainsi en toute impunité d'une encombrante ... Elle devait le gêner la donzelle mais en quoi, ça mystère et chique de gomme. Le pépère allait mener l'enquête. Y'avait de l'anguille sous la rocaille. Foi du Ruru, il trouverait ! Et si pas,ben il inventerait. L'avait de l'imagination à revendre le pépère et question entourloupette et j't'en rajoute des couches sur le Major, l'était doué pour ça. Il prit un air contrit devant sa patronne, et lui tapota doucement l'épaule ... lui souffla de son haleine aromatique quelques paroles compatissantes.

Zety rein d'ben bien méchant, j'zuizze zur patronneuuu.
L'a voulu ben bien fiaire pour pas vous meurtrir, vious savez.
L'a la conscienzeeeeee qué doit l'turbiner sec zavec la Jehanne.
D'l'eau pou s'y noyer l'chagrin et la Jehanne, zune pierre trois coups qu'on dit.
Mais j' zuizzeeeeeeeeee là moua, zinquiétez pas. Dès qué j'termineuuu zavec ma bielle rainette la brouette de zanzibar, et tout le tatouin, je zuizze za viousssss corps za corps. Dieux za bichonné,zety m' fait pas peur que za !
Va d'ailleurs zencourager ma rainette,j' vous laizze la noyée.



Bon, Dame Majoie, vous vous refaites une beauté ou vous comptez terminer ce mini tournoi?
Comptez vous nous dévoiler une autre partie de ce corps?
Allez, en garde et qu'on en finisse.


Il tapota encore l'épaule de sa patronne puis convoya vers le terrain. Comme pour le duel précédent, il encouragea avec toute sa fièvre sa rainette, son étoile, sa muse, sa mie ... Il bouillonnait de rage en la voyant en mauvaise posture, et frappa à coup de pied dans la barrière, mécontent ...d'autant plus que le Major se fichait de sa fiole. L'était pas content le pépère, mais pas content. Et pis d'ici qu'il lui abime trop, cela en était fichu de sa gâterie.

Zallez l'faire morflerrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, j'zuizze dérrière vioussssssssssssss !!!
Allez ma rainette verdizzante !!!
Poudroyez-le ze gigolo za la noix, zety pas zun homme que za ... juste zune carpette,moua j' vous le dis !!!


Il le disait, il le disait mais pas trop fort quand même ... mais cela changea quand des mots fortement désagréables vinrent jusqu'à lui.

Bien joué, quelle souplesse. Vous devez être redoutable dans les corps à corps?

Sa jalousie décupla. Ses neurones se mirent en branle. L'allait le payer l'Major. Il n'était pas question qu'il lui pique cette donzelle là auzzi ! Ça va ruer dans les charriotes, pestait le bonhomme, vert de colère. Une idée germa dans son pois chiche, il brailla fortement.

Hep l'major,
Zéty qu'la Vicomtezze, ze zente mal là, de pour zûr?
Elle nous fait z'un malaiseuhhhhhhhh.
Le bon Ruru z'est là, vous z'inquiètez pas, je suizze là et ze va m'en z'occuper.


Un sourire de satisfaction se dessina sur sa fiole ... Petit coucou au Major quelques fractions de secondes avant que sa rainette de l'étourdisse avec magnificence. Ahhhhhhhhhhhhhhh, l'était belle ... l'avait le geste précis ... l'avait la grâce ... l'agilité ... Il en bavait d'admiration. Bavouille qui s'estompa précipitamment en entendant un cri tonitruant.

RUFUSSSSSSSSSSSSSSSSS...

Déglutissement du pépère ... Ses genoux jouèrent des castagnettes ... Ce n'était plus le moment de jouer les fanfarons. Il retourna vers la patronne, histoire de couvrir ses arrières ... la prenant fissa par les bras, comme s'il venait de la sauver d'un malaise ... Le major convoyait vers eux, avec un air encore plus affreux que d'habitude et qui lui disait rien qui vaille du tout.

Zéty qu'ça zent le rouzzi pour moué, jhe vous z'abandonne vicomtesse, z'une courze z'urgente

L'Ruru se mit à courir vers sa rainette,délaissant la patronne sans prévénir... Il la lâcha donc et courut, courut, courut lesbras grands ouverts, évitant le major sur sa route.

Ma mieeeeeeeeeeeeeee, ma mie,zety moua que voila !!!

Pas qu'il avait peur le Ruru mais bon, il ne voulait pas abuser de la situation. Il devait être épuisé l'major et ce ne serait pas équitable de le combattre de suite. Ce n'était pas un dégonflé l'hidalgo. Hein, du tout du tout. Pas peur de se frotter au major, mais bon, l'avait la bonté dans le sang le pépère. Il ne voulait pas lui faire subir une nouvelle humiliation devant les gens quoi. Ah quel homme, l'on devrait l'appeler le Juste Rufus ! Et pis bon,y'avait une autre raison aussi, hein là il se devait de féliciter sa douce rainette, sa sauvageonne ... L'avait des responsabilités maintenant matrimoniales ! Il se précipita dans les bras de Majoie et malgré sa protection, il laissa traîner ses paluches espérant toucher une partie non protégée ... tant qu'à faire autant s'faire plaisir au passage. Il s'empressa de se positionner derrière elle quand la silhouette du Major se pointa devant eux. D'une voix caverneuse, il lui souffla dans les esgourdes.

Zéty que je crois que l'major vient vous féliziter là, de pour zûr.
Revenir en haut Aller en bas
Majoie

avatar

Nombre de messages : 40
Age : 54
Date d'inscription : 09/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Jeu 11 Aoû - 18:30

Cela faisait un moment que la donzelle attendait son adversaire sur les lieux et pour sur elle était à penser à se curer les ongles avec sa dague lorsqu'elle entendit une voix de crécelle qui se serait voulut tonitruante déglutir...
Citation :

Bon, Dame Majoie, vous vous refaites une beauté ou vous comptez terminer ce mini tournoi?
Comptez vous nous dévoiler une autre partie de ce corps?
Allez, en garde et qu'on en finisse.

Elle arqua un sourcil il s'en fallait plus pour lui faire ombrage à la sauvage lorraine...elle se positionna les jambes légèrement écartées, les lèvres entrouvertes qu'elle avait savamment mouillées du bout de sa langue et l'épée bien à l'horizontale démontrant qu'elle était fin prête à lui en mettre plein la vue à cette paire de fesses...et c'est peu de le dire...

Voulant faire durer le plaisir quoique le fessu voulait que la fin n'arrive avant le commencement elle s'avança lentement et leva son épée tout aussi lentement ce qui eu pour l'heure de l'énerver elle lui ferait payer ses dires de la traiter de molasse alors qu'elle est plus ferme qu'un jeune chêne...toujours est-il que le coup se perdit dans le vent et dans le temps...

Que dire Messire de vos atours si vantés et si peu visibles!!!Je ne voudrais pas vous désappointer mais mon pépère montre , lui, de bien meilleures "dispositions" mettant son pantalon à dure épreuve j'imagine que rien ne vous a "attiré" pas même de voir la course en sac nouveau genre que vous avez vous-même initié...

Son pépère était-il devenu encore plus "fan" de ses atours après avoir entendu ce qu'elle avait répondu à son combattant? Probablement car elle entendit non loin d'où elle bataillait....

Citation :
Zallez l'faire morflerrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, j'zuizze dérrière vioussssssssssssss !!!
Allez ma rainette verdizzante !!!
Poudroyez-le ze gigolo za la noix, zety pas zun homme que za ... juste zune carpette,moua j' vous le dis !!!

Elle sourit reconnaissant la voix de son p'tit vieux et depuis quelques temps elle déchiffrait mieux sa verve serait-ce qu'ils avaient trouvés langue commune? Celle du corps ne mentait guère et était facile à transmettre...d'autant plus que la déchiffrer était un plaisir certain...demeurant concentrée sur son combat elle se préparait à une deuxième attaque quand...elle sentit une douleur soudaine dans ses jambes mais pas suffisante pour qu'elle ne s'agenouille devant son adversaire la bouche ouverte...heureusement au passage elle avait malmené sa chemise et quelque peu de sa chair dont il semblait si fier..

Bah! Tiens ça vous fera une cicatrice de plus à montrer comme trophée!

Elle avait certes été ébranlée mais rien qui ne pouvait remettre en question la finalité de ce duel.

Citation :

Bien joué, quelle souplesse. Vous devez être redoutable dans les corps à corps?

Soufflant maintenant car elle se savait devant un adversaire de taille même si elle faisait la gourgandine pour épater la galerie qui ne manquait pas d'encouragements,elle reconnaissait un valeureux guerrier quand elle en voyait un...

Ah! Ben ça pour le corps à corps il parait que je ne donne pas ma place d'ailleurs parait qu'il est difficile de se faire valoir après mon passage....savez quoi? Vous demanderez à Rufus si sa chance continu de lui sourire il pourra vous raconter en moult détails j'en suis convaincue!

Il semblait devenu songeur du coup et avant même qu'il puisse esquisser un geste elle lui fit résonner le son de son épée à l'oreille...ce dernier...le fourbe...l'escogriffe...la paire de...feint une soudaine distraction qui serait venue de la foule et au moment même ou elle laissait tomber fortement le plat de sa lame contre cette dernière afin de lui sonner les cloches pour la dernière fois elle aussi entendit...

Citation :
Hep l'major,
Zéty qu'la Vicomtezze, ze zente mal là, de pour zûr?
Elle nous fait z'un malaiseuhhhhhhhh.
Le bon Ruru z'est là, vous z'inquiètez pas, je suizze là et ze va m'en z'occuper.

Ben ça y était....pour sûr que maintenant il va mettre sa perte que dis-je sa défaite sur le dos de son pauvre pépère ...ah ben ça s'passra pas d'même comme on dit de par chez nous il trouvera racine sous son pied le mécréant! Surtout s'il s'en prend à son pauvre vieux qui ne demande qu'un peu d'amour et d'affection!

Et oui c'était bel et bien le cas car elle entendit...
Citation :

Je reviens de suite vous féliciter, juste une petite chose à régler avant.

RUFUSSSSSSSSSSSSSSSSS...

Soudainement il apparut entre ses bras...l'air du chat qui avait mangé la souris ce qui avait pour l'heure de la faire sourire...encore un coup pendable probablement à la façon pépère...elle n'était pas de ce monde, le savait, et si ce n'était de la grande amitié qui la liait à celle qui l'avait invitée elle n'y serait tout simplement pas...Elle ne regrettait pas les jeux auxquels elle avait participé au mieux de ses talents ni aux connaissances qu'elle avait fait mais elle avait son monde bien à elle et jamais elle n'y semblait disparate...toute à ses pensées elle ne porta pas attention aux gestes de ce dernier dans ses bras et c'est lorsque ses mains tentèrent de fourrager là où un minimum d'intimité était requis qu'elle sortit de sa torpeur...

Holà mon beau chaque chose en son temps et là je crois que la saucette en rivière est de mise...il y a bien une rivière ici non?Et puis mon adversaire doit se montrer afin de me féliciter je ne vois pas pourquoi je manquerais ça...je suis certaine que ce qui fourmille et vous émoustille autant peut attendre un peu..
Revenir en haut Aller en bas
leportel62

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 96
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Jeu 11 Aoû - 20:41

Lou vit le faux cul aller se réfugier près de Dame Majoie. Hum, là il fallait la jouer ruser et diplomate. Pas trop son truc la diplomatie mais bon, s'il voulait se venger, il allait le faire à la Rufus.

Toutes mes félicitations Dame Majoie, beau combat. Vous pourrez vous vanter d'être l'une des rares à m'avoir battu en duel. Quant à vous, mon cher Rufus, je ne vous en veux point du tout; il est tout à fait normal d'encourager une si belle femme.
J'ignore vos projets, mais avant tout, je souhaite offrir un verre au vainqueur. Bien entendu,.....le.....enfin messire Rufus est bien sûr cordialement invité à venir fêter votre grande victoire.


Lou fit signe à Omby de les rejoindre et se mit à la recherche de quoi s'humidifier le gosier. Il en avait bien besoin mais promesse de Lou, l'autre n'allait pas l'emporter au paradis.
Revenir en haut Aller en bas
Majoie

avatar

Nombre de messages : 40
Age : 54
Date d'inscription : 09/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Ven 12 Aoû - 0:20

Alors que pépère bavait littéralement sur sa chemise son adversaire revint comme promit et lui dit...

Citation :
Toutes mes félicitations Dame Majoie, beau combat. Vous pourrez vous vanter d'être l'une des rares à m'avoir battu en duel. Quant à vous, mon cher Rufus, je ne vous en veux point du tout; il est tout à fait normal d'encourager une si belle femme.
J'ignore vos projets, mais avant tout, je souhaite offrir un verre au vainqueur. Bien entendu,.....le.....enfin messire Rufus est bien sûr cordialement invité à venir fêter votre grande victoire.

Hé bien messire je vous rend le compliment vous êtes un valeureux cela ce voit...je serais ravie de boire à ma victoire quoique je doute qu'elle me soit donnée plus à la chance qu'à la connaissance mais soit! Allons boire à cet échange on ne peu plus sulfureux!

Elle regardait les deux hommes, un sourire en coin se doutant qu'ils avaient connus bien plus que ce qu'elle pouvait entrevoir...

Le voyant chercher de part et d'autre elle se dit qu'il voulait s'assurer d'abord d'être bien accompagné et ensuite d'avoir en poche ce qu'il fallait pour être digne de son invitation...quand à elle une bonne bouteille de mirabelle avait toujours sa place dans sa besace et elle n'y avait pas encore portée ses lèvres...ce qui ne saurait tarder!Elle attendit donc qu'il lui indique l'endroit où ils pourraient...boire bien sûr!
Revenir en haut Aller en bas
leportel62

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 96
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Ven 12 Aoû - 17:49

Lou réfléchit quelques instants :

Je reviens de suite, je vais aller chercher la mirabelle gagnée au tir à l'arc.

Lou revint quelques instants après avec le breuvage et quelques verres. Il en profita pour se débarrasser de sa protection.

Dame Majoie, que diriez vous si nous allions déguster cette merveilleuse boisson au bord de l'étang? Il me semble bien en avoir vu un dans le domaine.
Un petit rafraîchissement avant de retourner à la cérémonie nous ferait le plus grand bien.
Que de plus beau que de se baigner nu comme un ver caressé par les rayons de soleil.
N'est ce pas mon bon ruru, n'as tu point envie de pécher une belle sirène?


Revenir en haut Aller en bas
Ombeline

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 92
ville/duché : Artois
Date d'inscription : 16/09/2009

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Sam 13 Aoû - 4:07

Elle tapotait toujours Jehanne, la soufflota un peu mais pas trop, bien que cela n'était pas douloureux, du moins pour la vicomtesse.^^ Lou fut rapidement à ses côtés.

Rho, j'espère qu'elle n'a rien; ça m'ennuierait de perdre mon souffre douleur préféré après le pingouin.

Le choc, le choc ... Tu y as été sans doute un peu trop fort ... Je te l'avais dit qu'elle tremblait déjà rien que de savoir te combattre ...

Il secoua un peu l'armure.

Y'a quelqu'un là dedans?

Roooo, va pas nous la traumatiser à vie, doucement quand même mon cœur.
J'y tiens encore à ma Dame de Compagnie. C'est la seule qui tient la distance. Et pis déjà pas facile d'en trouver une ... et une fiable hein.
Bon, ben sont sourds ici ?
A l'aide !!!! Y-a-t-il un médicastre parmi la foule ????
Une femme à terre, une femme en détresseeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee


Alors qu'elle appelait toujours en vain les secours, Lou quitta les lieux aussi subitement qu'il réapparut. Elle le mira avec étonnement quand il s'exclama d'une voix forte :

Chaud devant, chaud devant.

La visière de l'heaume de Jehanne étant ouverte, Lou commença à déverser son seau sur le visage de l'inanimée.

Oh Lou !!! Ne vas pas la noyer !!! Doucement, doucement ...

Vous allez voir quand elle va s'apercevoir que ce n'est pas de l'alcool, elle va se mettre à hurler.
Enfin, si un médicastre pouvez passer quand même, ce serait sympa.


La Vicomtesse ne put s'empêcher de sourire à la remarque de son homme sur le mécontentement futur de la matelote au navire dormant.

C'est cousu de fil blanc ... Au moins, si cela l'a remet dard dard sur pied, c'est déjà cela.

Ombeline tournicota la caboche, observant la foule avec étonnement. Elle s'étonna de l'inertie pour le coup. Fort heureusement qu'il n'y avait pas eu de blessés graves durant les duels ... Elle en toucherait tout de même de mots à son amie Marjo ... Toujours avoir un médicastre avec soi, dans ses déplacements, enregistra-t-elle pour l'avenir ... La matelote au navire dormant se mit enfin à gesticuler et crachoter ... Des grimaces se dessinèrent sur le minois d'Ombeline qui reçut quelques présents de cette manifestation jehannesque. Ouchhhhhhhhhhhh, un coup un peu plus rustre fut donné.

Et bien, et bien ... En voilà des façons ... allez, allez, Jehanne, revenez vers nous ...

Elle l'aida à se redresser et lui parla d'une voix douce.

Cela va-t-il mieux ?
Combien de doigts ai-je ?
Souvenez-vous de qui suis-je ?
Et qui vous êtes aussi ?


***
jehanne66 a écrit:
Jehanne crachotait ce liquide sans saveur ni odeur qu'elle venait de s'ingurgiter par mégarde, tout en essayant de décrypter la foultitude de questions qu'Ombeline lui posait...
La soldate n'avait pas pour habitude de boire de l'eau ! Cela la remit d'aplomb de façon plus efficace qu'une grande goulée de calva. Elle était bien remontée d'un coup, un peu trop peut-être...


Houla, on se calme !
Une question à la fois, j'ai beau avoir l'impression d'avoir la grosse tête là, j'suis sûre qu'elle est aussi vide qu'avant...

Comment j'me sens ?!?!
J'me sens comme quelqu'un qui a faillit se noyer dans un heaume d'eau...
Qui a voulu tester l'étanchéité de mon armure au fait ???
Pis j'ai l'impression de m'être pris le ciel sur la tête...

Comment ça, combien z'avez de doigts ?
Ben une flopée comme tous l'monde nan ?!?!
Comme si j'avais appris à compter depuis qu'on est arrivé !!!

Olala... et qui j'suis... qui vous êtes... vous voulez que j'me pose de grandes questions métaphysiques dans mon état ???
Ben moi j'suis moi et vous... ben si vous n'le savez pas vous même...

Oh quel mal de crâne ! Toutes vos questions ne font que l'empirer !!!
Pitié, j'réfléchissais pas avant d'me sentir mal, alors maintenant...


Jehanne arrivait vaguement à tenir debout, et quand je dis vaguement ce n'est pas peu dire.
Heureusement qu'elle pouvait s'accrocher à la Vicomtesse de temps à autre !

***

A peine le temps de se rassurer réellement de l'état mental et physique de la belle matelote du navire dormant, pendant que le duel battait son plein au loin, qu'elle fut happée par derrière ... Gné ? Quoi encore ? rouspéta-t-elle tout en tourna la tête vers son assaillant. Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir Rufus.

Mais ... mais ... mais

Et pouffffffffff, là voila ensuite relâcher rudement comme un vulgaire sac de mais !

Zéty qu'ça zent le rouzzi pour moué, jhe vous z'abandonne vicomtesse, z'une courze z'urgente

Elle le fusilla du regard et lui envoya une flottée de jurons bien qu'il fut déjà loin. Elle se releva tant bien que mal, le séant avait amorti mais tout de même, guère agréable pareil traitement. Elle prit Jehanne à témoin.

Quel goujat,tout d'même !
En plus, il ne sait même pas soucier si nous avions besoin de son aide. Non, rien de rien. Grgrgrgrgrgrgr, celui-là grgrgrgrg.
Non mais regardez-le courir vers cette jeune femme ... Oh mais ... mais ... me semble que ...


Ombeline écarquilla les mirettes en reconnaissante la jeune femme en question. Et hop, un coup de coude dans la Jehanne.

Dîtes ... Dîtes voir, ne serait-ce pas votre comparse au sac qui a fini les hum enfin vous voyez quoi ... à l'air ... Me semble bien. D'ailleurs, je crois que déjà là bas, Rufus la courtisait nan ?

Cela gesticulait pas mal vers le trio. Elle plissa des yeux afin de mieux distinguer qui faisait quoi et avec qui.

Que traficote-t-il dans son dos ?
Voyez-vous quelque chose Jehanne ?


Soudain, ses pensées la firent sursauter.

Aurait-il enfin trouver sabot à son pied ? Oh, cela serait un miracle !!!
Venez,venez, Lou nous fait signe de les rejoindre.
Et dire qu'avec tout cela,
dit-elle en désignant le baquet d'eau fraiche et l'heaume de Jehanne.[/i] je n'ai rien vu du duel de Lou !!! Grgrgrgrg ... M'enfin, vous êtes entière, c'est déjà ça.
Allez, ne les faisons pas attendre.


Ombeline s'épousseta, vérifia prestement sa mise ... aida miss catastrophe ... puis convoya vers le trio eu duo en fait ... Lou filant, elle ne savait où mais ne tarderait pas à le savoir... Arrivée à hauteur de Majoie et Rufus, elle salua cette dernière.

Point eu le plaisir de profiter de votre duel mais j'ai cru percevoir d'où j'étais que ce dernier était animé.
Félicitations en tout cas.


Petit regard intrigué vers son Intendant.

Ça va Rufus ?

Elle reporta son attention sur Majoie avant le retour de Lou, revenant avec des verres et de quoi étancher toute soif éventuelle.

Il ne vous importune pas, j'espère ?

Dame Majoie, que diriez vous si nous allions déguster cette merveilleuse boisson au bord de l'étang? Il me semble bien en avoir vu un dans le domaine.
Un petit rafraîchissement avant de retourner à la cérémonie nous ferait le plus grand bien.
Que de plus beau que de se baigner nu comme un ver caressé par les rayons de soleil.
N'est ce pas mon bon Ruru, n'as tu point envie de pécher une belle sirène?


Oh, sympathique idée mon cœur que de partager ensemble un verre et faire plus amples connaissances ... toutefois, je ne sais si nous pouvons ainsi patauger en simple appareil icelieu ... Et hum ... n'oublie pas que Ruru et l'eau, c'est un peu comme toi et lui.

dit-elle d'un air mutin, tout en l'enlaçant tendrement avant de déposer ses lèvres sur les siennes.

Notre matelote se remet doucement de ton remède ... Tu y as peut-être été un peu fort.

chuchota à voix basse.

Je ne sais pas si elle aura la force de boire ce que tu nous as si gentiment ramené et surtout de piquer une tête. On va finir par l'user avant l'heure, la pauvre.
Revenir en haut Aller en bas
Rufus

avatar

Nombre de messages : 31
Age : 66
ville/duché : Artois
niveau/metier : Intendant, coursier, indispensable en somme au domaine d'Ytres
Humeur : joviale devant une belle plante
Date d'inscription : 17/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Mer 17 Aoû - 23:44

Il ne vous importune pas, j'espère ?

Dame Majoie, que diriez vous si nous allions déguster cette merveilleuse boisson au bord de l'étang? Il me semble bien en avoir vu un dans le domaine.
Un petit rafraîchissement avant de retourner à la cérémonie nous ferait le plus grand bien.
Que de plus beau que de se baigner nu comme un ver caressé par les rayons de soleil.
N'est ce pas mon bon Ruru, n'as tu point envie de pécher une belle sirène?


Oh, sympathique idée mon cœur que de partager ensemble un verre et faire plus amples connaissances ... toutefois, je ne sais si nous pouvons ainsi patauger en simple appareil icelieu ... Et hum ... n'oublie pas que Ruru et l'eau, c'est un peu comme toi et lui.

Le pépère n'avait qu'une envie partager avec sa rainette mais dans un baquet ! L'avait point le pied marin, le pépère et un chouilla peur de la flotte ... des souvenances sa noyade sur le lac de Bertincourt, enfin noyade,noyade, il était encore là ! Et les satanés bêbetes aussi du lac de St Omer lui avait laisser de mauvais souvenirs ... de l'urticaire partout de chez partout ... Il eut des aigreurs soudaine dans la bidoche, rien que d'y resonger.

Notre matelote se remet doucement de ton remède ... Tu y as peut-être été un peu fort.

Il évacua un joli glaire, puis enserra la taille de Majoie. Pris son courage à deux mains, et répliqua à son tour.

Zety j'en zerai z'il faut !
Zety pas d'un peu d'flotte qué va fiaire peur au grand vaillant Rufus Hildago de zes dames.
Ma rainette, za vious dis d'vernir ma bielle zirèneuuuuuuuuuuuuuu
Revenir en haut Aller en bas
Ombeline

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 92
ville/duché : Artois
Date d'inscription : 16/09/2009

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Sam 20 Aoû - 13:36

La jeune femme les mira tour à tour, personne ne semblait lever le camp.

Alors, que faisons-nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Rufus

avatar

Nombre de messages : 31
Age : 66
ville/duché : Artois
niveau/metier : Intendant, coursier, indispensable en somme au domaine d'Ytres
Humeur : joviale devant une belle plante
Date d'inscription : 17/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Sam 27 Aoû - 18:44

Le pépère toujours en émoi, mira sa belle rainette et posa la question de sa patronne de nouveau.

Zety zon zi va ou zon zy va pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Majoie

avatar

Nombre de messages : 40
Age : 54
Date d'inscription : 09/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Dim 28 Aoû - 6:05

Son adversaire avait bel et bien perdu mais il lui offrait un intermède des plus savoureux quoiqu'elle ne savait si c'était permis en ces lieux...elle s'apprêtait à lui répondre lorsqu'une dame qu'elle devina être sa dame entra gaiement dans la conversation elle les écoutaient et doucement les voix se perdirent au loin...

Elle se sentit enserrer par la taille heureusement car elle aurait sûrement piquer du nez dans la poussière la donzelle...une insolation? Un sérieux coup de fatigue? Rien qu'une trempette ne saurait lui remettre les sens d'aplomb comme si elle était très loin du moment présent elle entendit une voix...comme dans un rêve!
Citation :

Zety j'en zerai z'il faut !
Zety pas d'un peu d'flotte qué va fiaire peur au grand vaillant Rufus Hildago de zes dames.
Ma rainette, za vious dis d'vernir ma bielle zirèneuuuuuuuuuuuuuu

Ses yeux papillotaient de plus en plus rapidement tentant de reprendre le contact avec la réalité...une bière fraîche toutes ses richesses pour une bonne bière fraîche sur le bord de l'eau en charmante compagnie!.

La dame s'avança alors et dit...

Citation :
Alors, que faisons-nous ?

Et comme dans un écho...

Citation :
Zety zon zi va ou zon zy va pas ?

Un brin d'impatience quoiqu'elle avait bien caché son malaise se laissant à peine tomber entre les mains de son pépère aux émois...Il avait dû prendre la poussée de son corps contre le sien pour un encouragement...

OHhhhhh!! mais oui....bien sûr....je ne connais pas très bien l'endroit mais si vous voulez bien me montrer le lieu je vous suit après avoir fait provision à boire également

Sa voix était encore un peu hésitante espérant que personne n'y verrait rien elle fit un clin d'oeil enjôleur à son p'tit vieux vigoureux et le suivit ainsi que celle qu'il nommait à grands coups de gueule PATRONNEEEEEEEEEEE
Revenir en haut Aller en bas
leportel62

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 96
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Jeu 8 Sep - 13:11

Zety j'en zerai z'il faut !
Zety pas d'un peu d'flotte qué va fiaire peur au grand vaillant Rufus Hildago de zes dames.
Ma rainette, za vious dis d'vernir ma bielle zirèneuuuuuuuuuuuuuu.


Très bien Ruru, très bien. Vous allez pouvoir montrer à votre belle, votre façon majestueuse de nager.

Alors, que faisons-nous ?

Zety zon zi va ou zon zy va pas ?

OHhhhhh!! mais oui....bien sûr....je ne connais pas très bien l'endroit mais si vous voulez bien me montrer le lieu je vous suit après avoir fait provision à boire également.

Dame Majoie revint rapidement avec de quoi ne pas se déshydrater et ils se dirigèrent vers l'étang qu'il avait vu dans le domaine. Lou souriait intérieurement, se demandant bien comment le guignol allait se débrouiller, lui qui avait une peur bleue de l'eau.Ne l'avait il pas déjà sauvé de la noyade?
Il ne manquerait plus que Majoie se baigne et l'invite à la rejoindre. Il imaginait déjà la scène. Bien qu'avec lui, il fallait bien s'attendre à ce qu'il joue les noyés pour se faire réanimer par la belle.
L'étang fut enfin en vue.
Lou se déshabilla, ne gardant sur lui que ses braies. Il prit son temps pour enlever sa chemise narguant ainsi le vioc avec sa musculature et ses cicatrices. Ensuite, il plongea.


Wahou...viens mon ange, elle est très bonne.Allez venez donc.






Revenir en haut Aller en bas
leportel62

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 96
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Ven 9 Sep - 15:15

Lou regardait les 'filles' qui avaient l'air bien indécises sur la décision à prendre.

Bon 'les filles' ont fait le lézard où on vient se baigner?

Lou se tortilla un peu dans l'eau et retira ses braies afin de les lancer à Omby.

Peux tu les mettre a sécher afin que je puisse retourner à l'anniversaire ensuite?

Et toi, Ruru, tu prends racine où quoi? Tu vas bientôt être attaqué par le liseron.

Il rigola et s'amusa à les contempler tous les trois.

Revenir en haut Aller en bas
Ombeline

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 92
ville/duché : Artois
Date d'inscription : 16/09/2009

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Ven 9 Sep - 16:33

OHhhhhh!! mais oui....bien sûr....je ne connais pas très bien l'endroit mais si vous voulez bien me montrer le lieu je vous suit après avoir fait provision à boire également.

Parfait alors. Je vais prendre de quoi nous sécher.

Elle les laissa partir les hommes devant. Tandis que Majoie allait récupérer "le liquide", Ombeline fila récupérer serviettes et un petit balluchon de rechange par précaution, se souvenant de la course de sac. Il fallait mieux prévenir que guérir, songeait-elle en fourrant le balluchon de diverses étoffes et bricoles. Elle les retrouva avant qu'ils n'atteignent l'étang et passant son bras sous celui de Lou. Elle jeta quelques regards vers son Intendant. Ce dernier avait un étrange sourire, sourire qui lui donnait un air encore plus niais qu'à l'accoutumée et pis ses yeux brillaient comme des étoiles. Saperlipopette, y-aurait-il de l'amour dans l'air ?

L'étang fut enfin en vue. Lou, à l'aise comme à son habitude, se mit prestement en tenue de baignade tout en jouant du muscle sous le regard courroucé du Ruru. Elle, elle souriait amusée de la scène tout en se délectant de la vue de son compagnon jusqu'à ce qu'il se décide de piquer une tête. La jeune femme se tourna vers Majoie.


Ahhh ces hommes. Il faut toujours qu'ils se mettent en compétition.

Sous un ton de confidence, elle se pencha vers la jeune femme et désigna d'un signe de tête discret le Rufus.

Si vous réussissez à ce qu'il vous suive dans l'eau, c'est que vous avez une sacrée côte.^^

Sa poitrine se souleva lorsqu'elle se mit à rire. Les rires prirent fin quand la voix de son homme retentit au loin. Elle leva le nez en sa direction.

Wahou...viens mon ange, elle est très bonne.Allez venez donc.

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiii. Sois pas si impatient que je te fasse boire la tasse, mon cœur.

Elle rit de nouveau puis posa à terre son balluchon. Une douce petite brise lui caressa le visage et une mèche virevolta. Elle ôta ses galoches, et bas, puis s'assit sur l'herbe ... gambettes remontées, genoux au niveau de la poitrine, avant bras posés sur ses genoux ... Son regard fixa l'horizon. Chaque étendue d'eau avait son cachet mais tous avaient toujours sur elle, un sentiment de détente et de bien être. L'herbe donnait de la fraicheur et caressait ses chevilles. Elle respira à grande goulée, s'étirant doucement. Elle regardait de nouveau au loin et observa avec amusement son homme barboter gaiement. L'envie de la rejoindre la titillait. Elle se décida à accélérer le mouvement quand elle l'entendit les apostropher à nouveau.

Bon 'les filles' ont fait le lézard où on vient se baigner?

Rooooooooooooo, mais quel empressé !!!
Laisse nous le temps tout d'même. Nous avons plus d'étoffe que toi sur la couenne, mon cher.


Alors que ce dernier se tortiller dans l'eau, la jeune femme se tourna vers Majoie.

Allez chiche sans rien, ça leur fermera leur clapet à ces sacripants !

A peine venait-elle d'ôter sa veste qu'elle eut tout juste le temps de ceuillir des braies en ses mains venant de l'étang.

Peux tu les mettre a sécher afin que je puisse retourner à l'anniversaire ensuite?

Mais bien sur^^
Quel fanfaron.


Et toi, Ruru, tu prends racine où quoi ? Tu vas bientôt être attaqué par le liseron.

La jeune femme mira les alentours en quête d'une branche ou autre pendant que l'Intendant grommelait quelque chose. Une fois en vue, elle s'y dirigea à la hâte et étendit les braies humides. Elle revint ensuite près de son balluchon et commença à retirer doucement sa robe. Vint enfin le tour de dénouer les lacets de son corset. Un sourire mutin se dessina sur son minois. D'une voix suave, elle se tourna vers son intendant.

Oh mon cher Rufus, pourriez-vous venir à mon secours ?
Les femmes disent de vous que vos mains sont si habiles, cela doit être un jeu d'enfant pour vous que de venir à bout d'un tel bout d'étoffe.
Vous devriez d'ailleurs proposer votre aide à Majoie pour son effeuillage.


Nouveau rire de la dame. Rire qui prirent de l'ampleur en voyant le bonhomme s'empourprer et en perdre son latin, enfin latin, il ne le parlait pas, mais pour sur si c'était le cas, il devait être tout chamboulé. Elle le vit venir un peu trop à la hâte et embrasser quelques secondes plus tard le sol. Ombeline repartit donc dans un grand éclat de rire et l'aida à se relever. Toujours sous le même ton taquin, elle s'adressa à lui.

Oh Rufus, quel homme !
Vous ne faites point dans la dentelle, vous alors. Droit au but ! Je comprends mieux la raison maintenant de votre titre de Don Juan d'Artois.
Je ne vous ai point demandé de baiser mes pieds, roooooooooo, quel homme, quel homme !


Pataud, il eut toutefois bien du mal à se mettre à la tâche. Elle tressaillit quand il pinça sa peau. Geste involontaire ou ? Rooo, serait-il à se point perturbé ? Guère patiente la jeune femme le repoussa gentiment.

Merci mon Brave Rufus, je vais terminer.
Voyez donc ma comparse féminine pour la suite.


Le reste des étoffes parant la jeune femme glissa sur l'herbe. Un sourire espiègle ourla ses lèvres en imaginant la réaction de son compagnon. Il avait l'habitude de la découvrir un peu plus pudique que cela, en public. Après tout, l'étang n'était pas non plus le carrefour des rencontres de toute la maisonnée. Y-avait pas foule. Elle s'avança vers l'étendue d'eau et laissa les vaguelettes lécher ses chevilles, puis ses genoux et enfin ses cuisses. Elle disparut soudainement sous l'eau.

Quand elle refit surface, elle avait déjà rejoint Lou par derrière et l'entourait de ses bras.


Surpriseeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee !!!
Oh j'ai attrapé un beau spécimen.
Revenir en haut Aller en bas
Rufus

avatar

Nombre de messages : 31
Age : 66
ville/duché : Artois
niveau/metier : Intendant, coursier, indispensable en somme au domaine d'Ytres
Humeur : joviale devant une belle plante
Date d'inscription : 17/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Ven 9 Sep - 22:27

Le pépère suivait sans peine le Major, un sourire béat sur la fiole, fantasmant sur les courbes qu'il devinait fort alléchantes de la jolie rainette. Il sautillait sur le chemin comme un jeune puceau. Quand sa rainette revint, c'est avec naturel qu'il lui proposa son bras pour faire route vers l'étang tout en lui glissant les compliments qui avaient sa glorieuse réputation de Don Juan.

Zety m'zens déjà perdu zans zentir votre flatulent zarome, ma biauté.

Petite œillade bien appuyée.
Langue frétillante comme une anguille, sortant et rentrant.
Muscle pourléchant ses lèvres molles de manière assistante, des fois que la donzelle n'avait pas vu qu'elle lui avait tapé dans la mirette.
Cœur tambourinant en sa poitrine.
Mains devenant moites, très moites.
Voix caverneuse qui se veut sensuel malgré quelques accrocs.


Ma zenzuelle rainette, vious z'aimez vous la chazze à la z'anguille? Z'en ai z'une qui frétille.
Vous n'auriez pas z'in endroit bien z'au chaud pour l'accueillir ?
Nious pourrions planter là les deux chaperons pour courir pieds nus dans l'champs d'paquerette, et chantonner la douze zhalouette.
Hein,zety zun biau programme que za.


proposa l'amoureux transi alors que le groupe débarqua aux abords de l'étang. Le pépère poursuivait sa cour, bombait le torse à outrance que cela en devenait cocasse, tout en serrant, palpant la mimie de la rainette dans sa main moite.

z'halouette,z'halouette
Ze manzerai ta fleurette
J' croquerai ta cachette
z'halouette, z'halouette
J'butinerai ta tétête
J'engloutirai ta luette
z'halouette, z'halouette
J' t' ferai le coup de la brouette
Zé zur ton corps ze ferai la cueillette
Pendant que tu zoueras mes castagnettes

Z'oh ma bielle ..


Mots restèrent coincés au fond du gosier quand il découvrit le manège du Major. Ce dernier venait de se déloquer comme ça et jouait les paons devant les donzelles. Il le fusilla d'un regard noir, bouffé par une jalousie évidente, surtout en voyante que les mimiques, pourtant inintéressantes à son sens, semblait avoir eu de l'effet du côté de la gente féminine. L'était vénère le pépère et pas qu'un peu. Il bouillonnait de rage, et grogna en sa barbichette de trois jours, tout en laissant échapper quelques paroles.

Zety d'la gnognotte za.
Moua, ma rainette, zi vous zaviez, zavez d'vant vious, l'champion d'bras d'fer d'Artois !
Zety d'la graine d'champion que za.


dit-il en prenant à témoin son biceps en plein action de démonstration.

Ahhh ces hommes. Il faut toujours qu'ils se mettent en compétition.

Le pépère allait s'encolérer aux mots de sa patronne quand cette dernière se lança dans des chuchotis avec Majoie. Zety quoi dont qu'elle cauze, pesta le bonhomme. Elles semblaient le reluquer, nom d'vindious ! Elles le mataient LUI, les deux pouliches. Bombage du torse, lissage de la moustache, pause sous son meilleure profil. Le Major avec sa voix braillarde rompit le charme.

Wahou...viens mon ange, elle est très bonne.Allez venez donc.

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiii. Sois pas si impatient que je te fasse boire la tasse, mon cœur.

Ouais, ouais, y'a l'temps d'y zaller za la flotte hein.
Zety pas l'feu zau lac quoi.


Il grommela. L'aimait pas l'eau, c'était pas nouveau que ça, hein. Quelle idée, les avait toqué encore les deux là, d'aller grouiller dans un trou avec plein de bêbêtes visqueuses et plein de d'écailles. Ils perdaient la tête. Ses mirettes perçurent un mouvement sur sa gauche alors qu'il allait poursuivre sa ritournelle à sa rainette. La patronne entamait son effeuillage mais s'était arrêtée qu'à mi-mollets. Moue évidente du pépère. Il se tourna donc vers Majoie et reprit son air guilleret.

Z'oh ma bielle conquête
Nous z'allons vivre zune belle z'amourette
pleins de carezzes s'indiscrétes

z'halouette,z'halouette
J' te ...



Et voilà encore l'empêcheur de tourner en rond qui remettait ça ! L'était jaloux de son coup ou quoi, celui-là ? pesta le pépère en mâtant d'un air mauvais en direction de la voix importune.

Bon 'les filles' ont fait le lézard où on vient se baigner?

Rooooooooooooo, mais quel empressé !!!
Laisse nous le temps tout d'même. Nous avons plus d'étoffe que toi sur la couenne, mon cher.


Alors que ce dernier se tortiller dans l'eau, la jeune femme se tourna vers Majoie.

Allez chiche sans rien, ça leur fermera leur clapet à ces sacripants !

Son cœur fit un dératé. zety quoi qu'elle a dit la patronne ????? L'a poil ????? Il la regarda d'un drôle d'air alors qu'elle réceptionnait les braies du Major.

Peux tu les mettre a sécher afin que je puisse retourner à l'anniversaire ensuite?

Mais bien sur^^
Quel fanfaron.


Et toi, Ruru, tu prends racine où quoi ? Tu vas bientôt être attaqué par le liseron.

Nouveaux grognements rufulesques, gesticulations expriment son mécontentement.

Za va, hein za va. Moua, z' zuizze zun terre za terreuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu.
Et pis, zety pas l' feu zau lac quoi, bondious, viens d'l'dire !
Zety pas penzable que za, hein.


Une voix suave, que dis-je divine, sensuelle, émoustillante vint chantonner à ses esgourdes.

Oh mon cher Rufus, pourriez-vous venir à mon secours ?
Les femmes disent de vous que vos mains sont si habiles, cela doit être un jeu d'enfant pour vous que de venir à bout d'un tel bout d'étoffe.
Vous devriez d'ailleurs proposer votre aide à Majoie pour son effeuillage.


Ecarquillement des mirettes, langue qui tombe avec les bras.
L'un de ses fantasmes prenait corps. Dormait-il ? Pépère, tu dors, tu dors, ben va pas t'réveiller de zuite hein, profite, profite.
Il fit mouvement vers la belle, paluches déjà actives et mises en avant mais ses gambettes n'arrivèrent point à se coordonner, trop d'émois là. Il se ramassa comme un crêpe par terre, le croupion en l'air, dans une position loin d'être à son avantage là et braillant des.


ouille ouille ouille
zety pas prévu que za.


Oh Rufus, quel homme !
Vous ne faites point dans la dentelle, vous alors. Droit au but ! Je comprends mieux la raison maintenant de votre titre de Don Juan d'Artois.
Je ne vous ai point demandé de baiser mes pieds, roooooooooo, quel homme, quel homme !


L'avait bien entendu là ? Il attrapa la mimine, la banane qu'il avait. Sur un petite nuage, qu'il était. Sa patronne venait de lui faire une déclaration. Il en était tout retourné. De pour de sur, c'était évident ! Elle cachait son attirance à cause de l'autre escogriffe, ce maraud, ce mariole à la noix. Il s'avança vers elle, mâta son dos, la croupe, ah et eu les lacets aussi. Ses gros doigts tout boudinés s'empêtrèrent la dedans, pas facile ces machins là à retirer. Il avait du mal à se décider entre peloter et dénouer le corset. A force de trop cogiter, embouteillant la bonne marche des neurones, il pinça la douce beau qui fit derechef tressaillir la patronne. Pivoine, il ne leva pas les mirettes, évitant son regard ...d'un autre côté, fastoche, elle était de dos ! Bref, il poursuivit en gestes tout aussi maladroit, s'empêtrant encore l'obligeant à un contact plus tactile mais eu bien entendu involontaire de la part du pépère tout comme le brasier qui prenait corps en ses braies.

Merci mon Brave Rufus, je vais terminer.
Voyez donc ma comparse féminine pour la suite.


Zety za votr' zervice patronneuuu
Za bon plaizir quoi.
Va donnez zun coup d'main za ma bielle rainette, de pour zur d'zur !


Il avança à reculons vers Majoie, mirettes fixées sur la suite de l'effeuillage. Elles sortaient quasiment de leurs orbites, les mirettes. Une bave ruisselait le long du bec. Il avait chaud, chaud très chaud le pépère. Il ne pouvait dissimuler son trouble, une bosse prenait au fur et à mesure de l'effeuillage sous ses braies. Il tremblait d’excitation et tellement sur le popotin, qu'il avait gardé la bouche grande ouverte. Jamais, l'avait vu si près. Il ne pouvait pas nier ne pas avoir déjà vu un morceau de la patronne, hein pas né de la dernière pluie le pépère, les trous de serrures pas fait pour les chiens, mais là wahouuuu, il ne regrettait pas le détour ! Une chute de reins bien galbée mis comme ça au yeux de tous, y'avait de quoi avoir une attaque. Son cœur faisait des loopings, pas possible vu comment ça tambourinait la dedans. Il reculait encore d'un pas, la bosse croissait, et ça devenait rudement raide la dedans, banzaiiii. Impossible, impossible de ne pas se rendre compte de l'état enfiévré du pépère. Il en lâcha un juron, n'ayant pas la capacité d'en dire plus.

Foutredieu

N'allait pas tarder à faire péter ses braies là, nom d'vindious. Elle était folle de lui faire ça !!! Ses mirettes libidineuses grandissaient, grandissaient, la bosse croissait, croissait, la bave ruisselait, ruisselait, la sueur sur son front crasseux perlait, perlait. Il ne put s'empêcher, par instinct de suivi de mirer vers l'étendue d'eau, des fois que le Major déboula comme un fou pour mettre un terme à son fantasme ou rêve ou vrai moment de réalité. L'était paumé le pépère mais n'avait plus qu'une idée en tête. Wahouuuuuuuuuuuu. Il recula encore, reluqua toujours la sirène qui venait d'entrer dans l'eau. Il se mit à prier pour qu'elle se retourne, ben oui n'avait pas tout vu !!! Il recula encore et ... patatras

BOUMMMMMMMMMMMMMM

La sainte chute, qu'il devrait appeler cette journée. Il venait une nouvelle fois de se retrouver les quatre fers en l'air, totalement sens dessus dessous, et tout débraillé aussi. Et là, au vu de la douleur ressentie sur le derrière, causée par une pierre qui avait eu la mauvaise idée de se nicher là, et de la raideur aussi ailleurs encore présente malgré cette petite cascade, de pour sur de sur, il n'avait pas rêvé ! Il tourna la tête en direction de Majoie, et avec un effort surhumain manda.

Za va, za va, j' controleuuuuuuu.
J'arriveuuu, va vious mettre za l'aize zauzzi ?
J'm'zenz za mon optimum ze jour, ma rainette !
Revenir en haut Aller en bas
leportel62

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 96
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Sam 10 Sep - 18:34

Lou attendait toujours qu'on le rejoigne. De loin, il ne comprit pas très bien le manège du Ruru et de la vicomtesse mais toujours est il que ce dernier semblait troublé au nombre de gamelles qu'il se prit.

A quel jeu jouait elle?

Il eu rapidement sa réponse en apercevant son triangle et sa poitrine dénudés. Il faillit en tomber à la renverse.
Que lui arrivait il? Il n'en revenait pas qu'elle fasse ça devant une inconnue et pire devant le vieux. Il allait nous faire une crise cardiaque l'hidalgo.
Cela était peut être un pari, il l'avait vue, quelques instants auparavant, se diriger vers Dame Majoie.
Il sourit néanmoins de la situation se disant que l'intendant n'avait vu que sa patronne de dos.

Il ne quittait pas son arrivée dans l'eau et fut tout surpris de la voir apparaître derrière lui. Houlà, l'espace d'un instant, il avait dû être déconnecté de la réalité.


Surpriseeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee !!!
Oh j'ai attrapé un beau spécimen.


Il se retourna et l'embrassa tendrement.
Son corps contre le sien ne le laissa pas insensible.
Il prit sa respiration et se laissa glisser dans l'eau afin de lui témoigner l'envie qu'il avait d'elle, sans pour autant qu'on devine, du bord de l'étang, ce qu'il pouvait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Majoie

avatar

Nombre de messages : 40
Age : 54
Date d'inscription : 09/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Lun 12 Sep - 1:12

Majoie n'avait rien perdu du manège et c'est tout sourire et en yeutant effrontément celui qui lors d'une autre compétition avait eu la main heureuse et l'oeil un brin voyeur enlever sa chemise et bomber le torse pour entrer dans l'eau...

Merde...zut...flûte il a pas terminé le spectacle avant de se mouiller la c'est pas du jeu la.
..marmonna-t-elle entre ses dents

Elle entendit la belle dame lui dire...
Citation :

Ahhh ces hommes. Il faut toujours qu'ils se mettent en compétition.
puis s'approchant d'elle ou plutôt de son oreille lui murmura...

Citation :
Si vous réussissez à ce qu'il vous suive dans l'eau, c'est que vous avez une sacrée côte.^^

Elle jeta un oeil distrait vers le baigneur qui semblait s'impatienter et sourit à la dame en lui murmurant également...

Je vais prendre cela comme un défi que je relève...au fait appelez-moi Majoie...vous pourrez constater mes quelques talents...du moins je l'espère ardemment!


Sur cet entre-fait elle chercha son pépère des yeux et le trouva non loin à regarder l'eau incertain et même tremblotant.

Un sourire narquois se dessina sur ses lèvres lorsqu'elle entendit la belle surenchérir...

Citation :
Allez chiche sans rien, ça leur fermera leur clapet à ces sacripants!

Des idées se mirent à jaillir dans sa tête, elle se devait de s'assurer que le pépère avait le coeur solide et n'avait jamais eu peur de se mouiller peu importe la partie du corps mais en plus avec ce défi qu'elle joie elle se ferait de convaincre son p'tit vieux de taquiner la truite...mais dans l'eau.

Majoie pouffa de rire quand elle appela Rufus à l'aide de son corsage.

Citation :
Oh mon cher Rufus, pourriez-vous venir à mon secours ?
Les femmes disent de vous que vos mains sont si habiles, cela doit être un jeu d'enfant pour vous que de venir à bout d'un tel bout d'étoffe.
Vous devriez d'ailleurs proposer votre aide à Majoie pour son effeuillage.

Ce dernier qui était occupé, fort occupé même à lui compter fleurette en bavant sur sa chemisette en eut presque le souffle coupé tellement il fut surpris de la demande et il ne fit ni une ni deux et se lança à son secours.Majoie regardait ou plutôt se régalait de la scène se déroulant à quelques pieds d'elle si le pépère voyait sa patronne de dos Majoie quand à elle l'avait bien en face et pouvait apprécier les rondeurs de la femme...Mais que faisait-il? D'un coup elle semblait bien moins disposée et le congédia sur un ton impatient...Avait-il mis la main à un endroit intime où le dos perd son nom? Elle n'avait pu tout suivre ses yeux rivés vers la poitrine ronde et ferme qui se dévoilait à elle elle retira tout le reste d'un seul coup et se dirigea lentement vers l'eau sous le regard incrédule de son compagnon mouillé et même émoustillé....le spectacle avait été apprécié...

Le pépère se précipita vers elle mais ne regardant pas où il mettait les pieds il se retrouva lui aussi à ses pieds en jurant puis se relavant lui demanda...
Citation :

Za va, za va, j' controleuuuuuuu.
J'arriveuuu, va vious mettre za l'aize zauzzi ?
J'm'zenz za mon optimum ze jour, ma rainette !

Elle s'apprêtait à lui répondre lorsqu'elle entendit...
Citation :

Surpriseeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee !!!
Oh j'ai attrapé un beau spécimen.

Elle regarda le couple qui s'embrassait tendrement et en profita pour coller sa bouche contre l'oreille de Rufus et lui murmura en glissant sa langue contre son lobe...

Je vous laisse m'effeuiller jusqu'à la peau mais j'exige de pouvoir faire de même et que vous me suiviez pour terminer avec mes nouveaux amis qui sont dans l'eau à nous attendre...vous ne le regretterez pas je vous assure...

....et pour mettre plus de poids sur sa demande et étirer au maximum les braies de celui qui désirait tant devenir plus qu'un simple discours pour elle elle glissa doucement ses lèvres fermes, tendres et fraichement mouillées sur celles de pépère en le titillant discrètement du bout de sa langue curieuse puis le regarda les mains sur le premier bouton de sa chemise prête à le déshabiller sous les regards inquisiteurs des baigneurs.

Voyant son hésitation elle grogna la bouche encore collée à ses lèvres...

Alors?HuMmm??
Revenir en haut Aller en bas
Rufus

avatar

Nombre de messages : 31
Age : 66
ville/duché : Artois
niveau/metier : Intendant, coursier, indispensable en somme au domaine d'Ytres
Humeur : joviale devant une belle plante
Date d'inscription : 17/06/2011

MessageSujet: Re: Duel à L épée   Lun 12 Sep - 21:40

Sa rainette l'avait devancé et était déjà sur lui, le pressant contre elle, collant sa bouche sensuelle contre son esgourde. La chaleur de Majoie emplissait sa couenne ou est-ce plutôt l'effet de cette proximité qui le mettait en chaleur ? Peu importe tant que ce contact électrique se poursuive. Sa moustache en frémissait et pas qu'elle. Il avait chaud, chaud,très chaud le pépère et suait déjà à grosses gouttes. Quand elle aspira son esgourde, une tornade d'émois se déclencha en lui, tant et si bien, qu'il eut du mal à se concentrer sur les paroles sulfureuses de la belle.

Je vous laisse m'effeuiller jusqu'à la peau mais j'exige de pouvoir faire de même et que vous me suiviez pour terminer avec mes nouveaux amis qui sont dans l'eau à nous attendre...vous ne le regretterez pas je vous assure...

Il crut vaciller en entendant SA demande. L'effeuiller, l'effeuiller ? Pour sur d'sur qu'il était consentant, et elle pouvait en faire tout autant de lui et même plus. Quelle question !!! Ses mains devinrent moites mais pas statufiées. La bave ruisselant au coin du bec afflua. Avec des gestes mal assurés ses paluches glissèrent dans le dos de la jeune femme, le caressa maladroitement, s'attarda sur les formes charnues de sa rainette.

Le baiser fut inattendu et se laissa envahir par la chaleur et la fermeté de ses lèvres humides. Il ne savait plus trop où il en était, mais pour sur, il lui ramona l'intérieur de la bouche, pressant, mordillant, pourléchant les lèvres de sa rainette. Tout feu, tout flamme, qu'il était le pépère.

Ses noeilnoeils firent des loopings sur les parcelles de peau de Majoie. Il la déshabillait des noeilnoeils sans vergogne, la plaqua sauvagement contre un tronc d'arbre ou mieux, la prenait là, sur l'herbe au bord de cet étang avec une ardeur de quoi en faire baver le Major de jalousie. Dans sa caboche, tout ça évidement. Dans sa caboche. Rien n'était encore fait. Pour sur d'sur, l'était pas passé encore au stade de l'effeuillage mais même sans cela, au niveau des braies, son paupaul avait déjà bien du mal à respirer, pour peu qu'il ne lui fasse le coup du geyser avant l'grand saut, y'a pas loin.

Concentre-toua, bondioussssssss, concentre-toua, fauty y'aller mollo mollo, pensa-t-il en sa caboche. Il laissa ses paluches parcourit l'arrondi des fesses mais un je ne sais quoi le fit reculer. C'est ainsi qu'il freina doucement et plus que de raison ses grosses paluches baladeuses en ayant vu du coin de l'œil la silhouette de sa patronne dans la flotte. Zety vrai l'était dans l'secteur la patronneuuuu. Il déglutit. Ça avait de quoi refroidir sec, de la savoir pas loin. Quoique d'un autre côté, ça avait de quoi aussi l'émoustiller, après tout n'était-ce pas sa patronneuu qui lui avait arrangé le coup ou bon l' guignol aussi,bien que cette idée de trempette, lui foutait les foies. Alors qu'il cogitait à en brûler quelques neurones, il entendit sa rainette sauvage grogner de la bouche encore agglutinée à ses lèvres molles.


Alors?HuMmm??

Vite,vite, il posa sa paluche sur son menton pour le guider, tandis que l'autre serrer plus fermement le postérieur qu'il considérait dorénavant comme sien. C'était gagné, Ruru, elle te tombe dans les bras, fonce, fonce, lui souffleta sa petite voix. il reprit possession des lèvres avec gloutonnerie brusque, lui roulant une sacré galoche bien baveuse dont il avait le secret. Il lui nettoya le palais et alla récurer le fond des amygdales tout en vérifiant s'il n'y a pas une dent creuse qui traîna ou une feuille de salade entre les dents. Puis, le pépère s'écarta un instant, soufflant comme un bœuf... Il se donnait à fond le pépère, ça lui pompait une énergie conséquente.

Sourire salace et carnassier, noeilnoeils libidineux, il plongea la goule en direction des boutons de corsage de sa rainette. D'un coup d'chicot, il vint un bout du premier bouton avec rapidité .. une rapidité qu'il l'étonna et lui donna de l'assurance. Il se lança à l'assaut du second, mordillant la chair sous l'étoffe, trop emportée dans son envie de bien faire et de venir à bout de cette tâche. Il suçota même oh mais bine involontairement, hein, les tétons au travers du tissu. Après quelques maladresses, la poitrine jaillit sous ses mirettes et il ne put s'exclamer avec une chaleur évidente :


Ohhhhhhhh zéty que zé zolie tout cha, che ne demande qu'à ze faire butiner telle une z'abeille zur s'une fleur.
Olalalalala, ma rainette d'amourrrrrrrrrrrr, j' m'zens comme z'une mouk zur e'une fiente de colombe.


Une douleur lui vrilla le bas ventre. Il sait. Le paupol était au taquet, dur de ne pas feindre. Pépère poursuivit son exploration. Il renifla bruyamment la peau, pourlécha cette couenne nouvelle, relevée d'un gout de sueur ... sans doute reste du combat avec l'autre guignol ... Il s'abreuva avec gourmandise et bavouillerie de cette poitrine ainsi offerte à ses envies libidineuses, et oui rien que pour lui ! L'était un champion hors catégorie, le pépère. En un rien temps, il en avait levée une de pouliche et pas n'importe quel petit lot ! Il mordilla, tira, pinça avec voracité les tétons durcis. Il s'amusa comme un gamin devant son nouveau joujou et glissa entre ses chicots noirâtres l'un des tétons malmenés, qu'il prit plaisir à tourmenter. Ragaillardi qu'il était et se sentait tout excité le pépère en imaginant le regard jaloux de sa prise du Major. La chemise de Majoie embrassa bien vite l'herbe verte, sous les succions bruyantes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Duel à L épée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Duel à L épée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» MTG : Duel Decks: Knights vs. Dragons
» Duel Decks: Elspeth vs. Tezzeret
» Duel Deck : Knights Vs Dragons
» Nitro Royale Heroine's Duel (Naomi)
» Le 5ème duel.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CASTEL DE LA FAMILLE DES REAUMONT_KADO'CH :: Archives Générales :: Duché de Pont à Mousson: Domaine de :: Archives-
Sauter vers: